PETITE HISTOIRE DU SAC À MAIN

Le sac à main est un accessoire que beaucoup de femmes utilisent de façon quotidienne. À la fois pratique et parfait pour sublimer une tenue, c'est un objet qui existe depuis l'Antiquité, avant de traverser les âges et de retrouver dans nos pancartes!

Retour sur cette histoire pas banale que celle du sac à main.

De l'Antiquité au Moyen Âge, des accessoires pratiques

Pendant l'Antiquité, les premiers sacs à main étaient utilisés par les esclaves, qui rassemblaient les affaires de leur maître dans les bourses plus ou moins grandes faites en poil de chèvre. Le comble du chic à cette époque est donc de voyager les mains vides.

Cet accessoire a, jusqu'au Moyen Âge, un usage purement pratique. À cette époque, les voyageurs vont y transporter leur nourriture, les travailleurs y ranger leurs outils, les ecclésiastiques stockent des pièces de monnaie destinées aux nécessiteux dans un sac que l'on appellera l'aumônière (aussi utilisé par les riches, pour le même utilisation)… Chaque corps d'activité a donc sa bourse attitrée.

Ces petits objets très pratiques seront arborés autant que les femmes que par les hommes, les vêtements de voiture ne sont pas encore appelés des poches. Les sacs s'attachent à la taille ou à la ceinture, et contiennent toutes sortes de choses!

Chez les plus riches, un accessoire ressemblant à notre besace actuelle et appelé l'escarcelle était très à la mode. Elle était souvent offerte d'une serrure, car servait surtout à transporter de l'argent ou des bijoux.

Bref, jusqu'au XVIIIème siècle, les ancêtres des sacs à main n'étaient en rien une coquetterie, ils n'avaient qu'un aspect pratique bien défini. Mais avant d'arriver à son stade d'accessoire de mode, il a quelque peu disparu de la circulation…

Au cours de la Renaissance, le sac à main disparaît presque

À partir du XVIème siècle, date à laquelle la période de la Renaissance s'empare de toute l'Europe, les différents sacs vendus peu à peu à disparaître - victimes de la mode, au sens propre du terme.

Car les vêtements de l'époque, aux tissus bouffants et aux formes imposantes, permettent d'ajouter des sortes de poches en dessous des jupons. On attache donc à la taille, sous les robes des dames et les culottes des messieurs, des sacs de toile ouverts sur le dessus, accessibles depuis l'extérieur par des fentes.

Cet ancêtre de nos poches actuelles permet donc aux élégants • de se débarrasser des sacs, qui ternissaient l'ensemble de la silhouette.

Sur la porte à la main ce qui est nécessaire, et sur la gamme le reste sous ses jupons. Les plus riches et les membres de la cour, eux, ont bien évidemment des domestiques pour transporter les affaires dont ils ont besoin.

Il revient à la mode à la fin du XVIIIème siècle

Ce n'est qu'au XVIIIème siècle que l'on va recommencer à l'attention des anciennes bourses et sacoches, pour les rattacher à sa taille. En plus des petites poches portées sous les vêtements, dans la haute société, on va se mettre à porter des châtelaines.

Les châtelaines sont des accessoires en argent ou en or, que l'on attache à la taille, et sur lesquels des pendants sont agencés, afin d'y accrocher ce que l'on veut: des objets utiles comme de la décoration pure et simple . Il s'agit ici d'un premier pas dans la coquetterie des sacs à mains. Enfin, d'un de ses ancêtres!

Les premiers sacs à main tels que l'on connaît eux-mêmes, vont (re) faire leur apparition au cours du XIXème siècle, petit à petit. En effet, dans les années 1800, au cours du Premier Empire, la mode est aux robes d'inspiration antique. Elles se resserrent, se simplifient, la taille est rehaussée: il est donc impossible pour les dames de continuer à mettre des poches sous leurs jupes, et de porter des châtelaines à leur ceinture.

Les élégantes se munissent alors de sacs à mains assortis à leur tenue, dans les elles elles mettent ce qu'elles n'ont pas besoin, que ce soit à la maison (un nécessaire à la couture, par exemple), ou dehors (un porte-monnaie, un éventail, des jumelles pour l'opéra…). Ces pochettes sont souvent rondes, parfois carrées, et ornées de pierres. Ce sont de véritables bijoux, et, comme ceux-ci, ils permettent de montrer à quel rang social sur appartient!

Les hommes, dans tout ça, gardent leurs pantalons à poches, et délaisseront les bourses d'années en cours, pour ne plus en porter du tout.

A la fin du XIXème, et jusqu'à aujourd'hui, il devient un accessoire féminin INDISPENSABLE!

Peu à peu, les femmes ne peuvent plus se passer du sac à main, qui devient un accessoire indispensable, aussi coquet que les robes et les chaussures. Ils sont petits, et toujours parfaitement assortis à la tenue, voire coupés dans le même tissu.

De plus en plus, la bourgeoisie développe un intérêt pour le voyage, que ce soit en train ou en bateau. Il faut donc produire des accessoires pour transporter les affaires des utilisateurs. Le comble du chic est acheté des bagages personnalisés et luxueux, pour changer un peu des valises simples et sans design.

D'ailleurs, Louis Vuitton fera fortune en devenant la marque fétiche d'Eugénie, la femme de Napoléon III. Peu à peu, les sacs à mains s'agrandissent, s'inspirent de cette bagagerie de luxe. Ils sont pensés pour contenir plus qu'un éventail et un miroir de poche: on emporte avec soit de quoi s'occuper pendant le voyage.

Cet accessoire connaît bien les fluctuations pendant le siècle, en fonction de la mode et de l'économie.

Dans les années 1920, il se fait petit, pour ne contenir qu'un rouge à lèvres et un paquet de cigarettes: parfait pour danser toute la nuit sur des musiques endiablées, pendant cette ère du charleston!

Au cours de la décennie 1930, la minaudière est à l'honneur: petit sac rigide, elle est comme un bijou dans lequel sur la gamme peu de choses. Très élégante, elle est surtout réservée aux sorties.

Pendant les années 1940, la Seconde Guerre Mondiale fait rage. Les femmes délaissent leur sac traditionnel à cuir, portées depuis plusieurs années maintenant, pour l'envoi aux services militaires, où elles seront transformées pour renforcer les uniformes des soldats. Le tissu sera le matériau maître des sacs de dame jusque dans les années 1950, date à laquelle le cuir reviendra sur le devant de la scène.

Au cours de cette seconde partie du XXème siècle, cet accessoire de mode restera privilégié par la plupart des femmes, que ce soit pour son côté pratique ou son côté esthétique.

Quelle que soit la mode, il continue de sublimer bien des tenues, et que l'on aime notre sac grand, petit, en bandoulière ou porté au bout des années, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il revient de loin!

 

Géraldine Tridon
Left Continuer mon shopping
Votre commande

Vous n'avez pas encore de produits dans votre panier