NEWS

QUE SIGNIFIE « MAROQUINERIE » ?

     Le mot maroquinerie est un terme issu du mot "maroquin" qui désigne un cuir provenant de peaux de chèvres et de boucs, dont le tannage a été inventé au Maroc.

    La maroquinerie concerne alors la confection de sacs, de portefeuilles, de porte-monnaies, de ceintures etc.

    Les objets de maroquinerie sont créés avec des cuirs multiples. Les peaux classiques sont le cuir de veau, de bœuf ou de chèvre mais il y a en réalité une multitude de cuirs divers provenant de peaux exotiques (crocodiles, reptiles etc), ou encore de poissons (galuchat, requin etc).

    La tendance étant au respect de l’environnement et des êtres qui peuplent notre planète, le cuir dit « vegan » commence à se populariser. Confectionné essentiellement à partir de végétaux, le cuir vegan est aussi idéalement produit dans des conditions non polluantes.

     

    PETITE HISTOIRE DU SAC A MAIN

     Le sac à main est un accessoire que beaucoup de femmes utilisent de façon quotidienne. À la fois pratique et parfait pour sublimer une tenue, c’est un objet qui existe depuis l’Antiquité, avant de traverser les âges et de se retrouver dans nos placards !

    Retour sur cette histoire pas banale que celle du sac à main.

    De l’Antiquité au Moyen Âge, des accessoires pratiques

    Pendant l’Antiquité, les premiers sacs à mains étaient utilisés par les esclaves, qui rassemblaient les affaires de leur maître dans des bourses plus ou moins grandes faites en poil de chèvre. Le comble du chic à cette époque est donc de voyager les mains vides.

    Cet accessoire a, jusqu’au Moyen Âge, un usage purement pratique. À cette époque, les voyageurs vont y transporter leur nourriture, les travailleurs y ranger leurs outils, les ecclésiastiques stockent des pièces de monnaie destinées aux nécessiteux dans un sac que l’on appellera l’aumônière (aussi utilisée par les riches, pour le même usage)… Chaque corps d’activité a donc sa bourse attitrée.

    Ces petits objets très pratiques seront arborés autant par les femmes que par les hommes, car les vêtements ne sont pas encore dotés de poches. Les sacs s’attachent à la taille ou à la ceinture, et contiennent toutes sortes de choses !

    Chez les plus riches, un accessoire ressemblant à notre besace actuelle et appelé l’escarcelle était très à la mode. Elle était souvent dotée d’une serrure, car servait surtout à transporter de l’argent ou des bijoux.

    Bref, jusqu’au XVIIIème siècle, les ancêtres des sacs à main n’étaient en rien une coquetterie, ils avaient seulement un aspect pratique bien défini. Mais avant d’arriver à son stade d’accessoire de mode, il a quelque peu disparu de la circulation…

    Au cours de la Renaissance, le sac à main disparaît presque

    À partir du XVIème siècle, date à laquelle la période de la Renaissance s’empare de toute l’Europe, les différents sacs commencent peu à peu à disparaître — victimes de la mode, au sens propre du terme.

    Car les vêtements de l’époque, aux tissus bouffants et aux formes imposantes, permettent d’ajouter des sortes de poches en-dessous des jupons. On attache donc à la taille, sous les robes des dames et les culottes des messieurs, des sacs de toile ouverts sur le dessus, accessibles depuis l’extérieur par des fentes.

    Cet ancêtre de nos poches actuelles permet donc aux élégant•e•s de se débarrasser des sacs, qui ternissaient l’équilibre de la silhouette.

    On porte à la main ce qui est nécessaire, et on range le reste sous ses jupons. Les plus riches et les membres de la cour, eux, ont bien évidemment des domestiques pour transporter les affaires dont ils ont besoin.

    Il revient à la mode à la fin du XVIIIème siècle

    Ce n’est qu’au XVIIIème siècle que l’on va recommencer à s’intéresser aux anciennes bourses et sacoches, pour les rattacher à sa taille. En plus des petites poches portées sous les vêtements, dans la haute société, on va se mettre à porter des châtelaines.

    Les châtelaines sont des accessoires en argent ou en or, que l’on attache à la taille, et sur lesquels des pendants sont agencés, afin d’y accrocher ce que l’on veut : des objets utiles comme de la décoration pure et simple. Il s’agit ici d’un premier pas dans la coquetterie des sacs à mains. Enfin, d’un de ses ancêtres !

    Les premiers sacs à mains tels qu’on les connaît eux, vont (re)faire leur apparition au cours du XIXème siècle, petit à petit. En effet, dans les années 1800, au cours du Premier Empire, la mode est aux robes d’inspiration antique. Elles se resserrent, se simplifient, la taille est rehaussée : il est donc impossible pour les dames de continuer à mettre des poches sous leur jupes, et de porter des châtelaines à leur ceinture.

    Les élégantes se munissent alors de sacs à mains assortis à leur tenue, dans lesquels elles mettent ce dont elles ont besoin, que ce soit à la maison (un nécessaire à couture, par exemple), ou dehors (un porte-monnaie, un éventail, des jumelles pour l’opéra…). Ces pochettes sont souvent rondes, parfois carrées, et ornées de pierres. Ce sont de véritables bijoux, et, comme ceux-ci, ils permettent de montrer à quel rang social on appartient !

    Les hommes, dans tout ça, gardent leurs pantalons à poches, et délaisseront les bourses d’années en années, pour ne plus en porter du tout.

    A la fin du XIXème, et jusqu’à aujourd’hui, il devient un accessoire féminin INDISPENSABLE !

    Peu à peu, les femmes ne peuvent plus se passer du sac à main, qui devient un accessoire indispensable, aussi coquet que les robes et les chaussures. Ils sont petits, et toujours parfaitement assortis à la tenue, voire coupés dans le même tissu.

    De plus en plus, la bourgeoisie développe un vif intérêt pour le voyage, que ce soit en train ou en bateau. Il faut donc produire des accessoires pour transporter les affaires des usagers. Le comble du chic est d’acheter des bagages personnalisés et luxueux, pour changer un peu des valises simples et sans design.

    D’ailleurs, Louis Vuitton fera fortune en devenant la marque fétiche d’Eugénie, la femme de Napoléon III. Peu à peu, les sacs à mains s’agrandissent, en s’inspirant de cette bagagerie de luxe. Ils sont pensés pour contenir plus qu’un éventail et un miroir de poche : on emporte avec soit de quoi s’occuper pendant le voyage.

    Cet accessoire connaît ensuite bien des fluctuations pendant le siècle, en fonction de la mode et de l’économie.

    Dans les années 1920, il se fait petit, pour ne contenir qu’un rouge à lèvres et un paquet de cigarette : parfait pour danser toute la nuit sur des musiques endiablées, pendant cette ère du charleston !

    Au cours de la décennie 1930, la minaudière est à l’honneur : petit sac rigide, elle est comme un bijou dans lequel on range peu de choses. Très élégante, elle est surtout réservée aux sorties.

    Pendant les années 1940, la Seconde Guerre Mondiale fait rage. Les femmes délaissent leur traditionnel sac à main en cuir, porté quotidiennement depuis plusieurs années maintenant, pour les envoyer aux services militaires, où ils seront transformés pour renforcer les uniformes des soldats. Le tissu sera le matériau maître des sacs de dame jusque dans les années 1950, date à laquelle le cuir reviendra sur le devant de la scène.

    Au cours de cette seconde partie du XXème siècle, cet accessoire de mode restera privilégié par la plupart des femmes, que ce soit pour son côté pratique ou son côté esthétique.

    Quelle que soit la mode, il continue de sublimer bien des tenues, et que l’on aime notre sac grand, petit, en bandoulière ou porté au bout des anses, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il revient de loin !

     

    LA CONFECTION D’UN SAC

     C’est d’abord le styliste qui dessine l’esthétique du sac.

    Le modéliste lui, va apporter une dimension plus technique au dessin, en réalisant le patron du sac, c’est à dire en indiquant le nombre de pièces exactes à couper et les dimensions de celles-ci. Il dessine également les zones à tailler et à coudre entre elles.

    Une liste des matériaux à utiliser est ensuite établie et c’est au magasinier de préparer tout ce qui est nécessaire au bon déroulement des étapes à suivre. La peau est sélectionnée avec le plus grand soin et chaque pièce doit être identique pour créer le sac le plus uniforme possible.

    Enfin, le patron passe entre les mains du coupeur, qui découpe à la main ou à l’aide d’une presse les différentes pièces de cuir.

    Celles-ci sont ensuite teintées, puis refendues pour uniformiser l’épaisseur des pièces. Ensuite vient l’étape du parage qui consiste à tailler le bord des pièces pour en faciliter l’assemblage : on positionne d’abord les pièces entre elles à l’aide d’une colle et le sac assemblé est ensuite cousu, à la main ou à l’aide d’une machine.

    Pour finir, on insère les pièces utiles comme les fermetures à glissières et les bandoulières, pour terminer par les pressions, les décorations métalliques et autres ornements qui font l’esthétique du sac.

    Dernière étape indispensable, celle du finissage. Il s’agit de traquer les moindres irrégularités et autres petits défauts du sac afin de le rendre le plus parfait possible.

    La confection d’un sac est donc une opération de plusieurs heures qui fait appel au savoir faire de plusieurs artisans talentueux.

     

    NOS MARQUES DE SACS, BAGAGES ET ACCESSOIRES

    SACS

    Nat&Nin – Marque créée en 2005 par 2 jeunes sœurs à Paris. Sacs en cuir qui se patine avec le temps – Sacs pratiques (de nombreux rangements), raffinés au charme vintage. Coloris originaux

    Petite Mendigote – Destinée à une grande carrière d’avocate, Sibylle Roger-Vasselin décide de créer en 2003 une marque de sacs, portefeuilles et ceintures accessibles et désirables. Chic et bohème, son style s’inspire du quotidien et des femmes.

    Lancaster – Référence incontournable de la maroquinerie, cette entreprise française met tout son savoir-faire au service des tendances. Elle sélectionne les peaux avec le plus grand soin et fabrique ses produits dans le strict respect des traditions françaises. 

     Le Tanneur – Cette marque voit le jour à la fin du 19e siècle et ne cesse de se renouveler. Aujourd’hui, qualité, créativité et élégance sont les maitres-mots de la Maison. Le Tanneur crée de véritables sacs à vivre qui bougent et s’adaptent parfaitement aux différents modes de vie de ceux qui les portent. Véritables spécialistes dans la confection de portfefeuilles et porte-monnaies pour hommes et femmes.

    Longchamp – La célèbre maison au cheval fut créée en 1948 par Jean Cassegrain, père de l’actuel président. En effet, cette entreprise familiale allie depuis toujours héritage et modernité pour créer des accessoires de mode intemporels et désirables d’une très grande qualité.

    Lancel – D’abord destinée à la confection d’articles pour fumeurs, la marque créée par la famille Lancel se développe pour devenir une référence majeure dans l’histoire de la maroquinerie française. Le design est ingénieux, le style audacieux et la qualité remarquable.

    Repetto – Créée en 1947 par Rose Repetto, la maison est avant tout célèbre pour ses chaussons et accessoires de danse luxueux. A l’image de ses accessoires, les lignes de maroquinerie sont sophistiquées et d’une légèreté incomparable.

    Lacoste – La maison française au crocodile est créée par Jean Lacoste en 1933 se caractérise par un style iconique, contemporain et urbain qui s’inspire du sport et de l’élégance française.

    Mac Douglas – Mac Douglas fait ses débuts en 1947 avec la reproduction des blousons aviateurs en cuir, produit phare qui sera à l’origine de l’épopée de la marque. Elle élargira ensuite sa gamme avec une très belle offre de sacs et accessoires en cuir. Ses maitre-mots ? Innovation, légèreté et excellence.

    Tann’s – Née dans les années 80, cette marque de sacs et accessoires scolaires à l’allure vintage est devenu incontournable. Pratiques, résistants et aux couleurs originales, les sacs à dos Tann’s sont les plus vendus en France.

    Furla – Cette marque italienne contemporaine est pleine de joie de vivre. En effet, elle célèbre la vie depuis 1927 à travers ses sacs colorés, glamour et de très bonne qualité.

    See By Chloe – Créée en 2001 par Phoebe Philo, la petite sœur de Chloé se veut plus jeune et plus accessible. Bohème et romantique, l’inspiration des sacs See by Chloé plaira aux femmes libres et pétillantes.

    Guess – Ce sont 4 frères français vivant à Los angeles qui fondent la marque en 1982. Son style rend hommage aux femmes voluptueuses, effrontées, à l’élégance subtile.

    Bruno Rossi – Bruno Rossi est une marque de maroquinerie italienne avec une forte personnalité. Les cuirs sont souples, les modèles sont racés, et les prix abordables. De plus tout est fabriqué dans les ateliers de Toscane, dans le plus grand respect des savoir-faire italiens.

    Abro – Abro est une authentique entreprise familiale, passionnée par le cuir et la maroquinerie. Ses sacs sont élégants et confortables, qui s’adaptent à votre personnalité et votre style.

    Eastpak – D’abord spécialisée dans la fabrication d’équipements résistants pour l’armée américaine, l’entreprise créera dans les années 70 le sac à dos emblématique que tous les étudiants arborent. Durables, qualitatifs et indémodables, ces sacs à dos sont une véritable référence depuis des générations.

    BAGAGES

    Lipault – Les bagages Lipault, conçus dès 2005, sont un savant cocktail d’audace et d’imagination. Les couleurs sont vives, les formes originales et l’allure néo-parisienne.

    Delsey – Conçue en 1946, la marque a de nombreux atouts. Si elle fut la 1ere à créer une ligne de bagages rigides en France, elle est aujourd’hui l’une des plus respectueuse de l’environnement. De plus, ses pièces facilement remplaçables permettent de belles économies.

    Samsonite – Créée en 1910 aux Etats-Unis, Samsonite est l’une des premières marques d’accessoires de voyage, et n’a jamais cessé de mettre son savoir-faire et ses années d’innovation au service des voyageurs raffinés en proposant des articles de voyage stylés et de haute qualité.

    American Tourister – Tout a commencé aux Etats-Unis en 1933 grâce à Sol Koffleur qui rêve de proposer la 1ere valise à 1 dollar. Aujourd’hui, la marque est la 2e plus grande marque au monde, de qualité supérieure, au look fun et coloré et aux prix abordables.

    Go Travel - Créé en 1978, Go est la gamme d'accessoires de voyage la plus largement distribuée dans le monde. Elle reste encore une entreprise familiale du Royaume Uni et elle est tout aussi engagée à mettre des produits innovants sur le marché qu’elle l’était il y a plus de 30 ans. Pèse-bagages, porte-étiquettes bagages, cadenas et autres accessoires indispensables sont disponibles dans notre boutique.

    PARAPLUIES

    Beau Nuage – Beau Nuage est une entreprise innovante créée en 2016 par 2 jeunes français. Son produit phare : un parapluie élégant, léger, imperméable, compact et résistant, dont la housse est auto-séchante. Une révolution dans le monde de la pluie.

    Anatole - Anatole est la première marque française consacrée au parapluie pliant solide, en accord avec votre style et votre mode de vie urbain. Les parapluies sont colorés et embellissent les jours de pluie.

    ÉCRITURE

    Montblanc – La marque allemande, synonyme de la plus haute qualité d’écriture depuis plus de 100 ans, a toujours su conserver ses valeurs de qualité et d’artisanat traditionnel. Ses exigences strictes en termes de forme, de style, de matériaux et de fabrication se reflètent dans ses produits. En effet, ses porte cartes, portefeuilles, serviettes, boutons de manchettes, bracelets et ceintures frôlent indéniablement la perfection.

     

    Géraldine Tridon
    Left Continuer mon shopping
    Votre commande

    Vous n'avez pas encore de produits dans votre panier